En 2019, 800 000 foyers seulement ont opté pour la taxation au barème progressif de leurs revenus 2018 alors que 8,1 millions de foyers auraient eu intérêt à le faire.

Dans 81% des cas, le gain résultant de l’imposition au barème n’aurait pas dépassé 50 €.

Néanmoins, le Ministre de l’action et des comptes publics vient d’annoncer que les contribuables qui n’avaient pas opté pour l’imposition au barème progressif au moment de leur déclaration de revenus de 2018 pouvaient à titre exceptionnel revenir sur leur choix cette année.

Pour en faire la demande, le plus simple est de contacter l’administration via la messagerie instantanée disponible sur votre compte personnel sur impot.gouv.fr

Quels sont les critères d’éligibilité ?

Cette option ne concerne que les personnes dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 25 000 € pour un célibataire et 50 000 € pour un couple soumis à une imposition commune.

Pour les foyers concernés, l’Administration Fiscale a simplifié la démarche de déclaration : seule la case « 2OP » est à cocher pour les personnes souhaitant bénéficier d’une imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu. En effet, l’an dernier les revenus qui étaient déclarés en case « 2CG » devaient en outre être supprimés et reportés en case « 2BH », ce qui n’était pas pratique et source d’erreur. [NDLR : cette année pour la déclaration des revenus 2019, la case « 2BH » étant déjà pré-remplie, le report manuel n’est plus nécessaire et se fait automatiquement en cochant la case « 2OP »].

Quelle est l’économie espérée pour les foyers fiscaux ?

Vous avez la possibilité de renoncer au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% pour une imposition au barème progressif à l’impôt sur le revenu de vos revenus tirés de vos investissements en financement participatif.

Pour rappel, le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) à 30% comprend une taxation de 12,8% au titre de l’impôt sur le revenu et de 17,2% au titre des prélèvements sociaux.

En cochant cette case « 2OP » il faut absolument vérifier si le PFU n’est pas plus favorable que l’imposition au barème progressif puisque son taux de 12,8 % est inférieur aux taux de la première tranche du barème 2019 qui est de 14 %.

De plus, l’imposition au barème entraîne une déductibilité partielle de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), à hauteur de 6,8 %, l’application d’abattements spécifiques pour l’imposition des dividendes et des plus-values de cession de valeurs mobilières.

Pour la déclaration des revenus 2019, Bercy a précisé qu’une simulation sera automatiquement réalisée au moment du remplissage de la déclaration pour les foyers qui n’aurait pas cochés l’option. Si celle-ci s’avère plus favorable, un message à l’écran les invitera à opter pour l’imposition au barème. Pour les contribuables qui utilisent la déclaration papier, les documents envoyés à domicile « mettront l’accent sur la possibilité d’opter pour l’imposition au barème ».

Voir l’article : Fiscalité sur les revenus de 2019 ! Choisir ou non l’imposition au barème progressif

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CATÉGORIE

Non classé